Dès 8 ans

Une chartreuse. Ce nom désigne le monastère où vivent les moines chartreux, un ordre « familier » des Isérois en raison de sa présence en Chartreuse dès 1080  

  lorsque saint Bruno et six compagnons fondent à Saint Pierre de Chartreuse un petit ermitage qui deviendra le berceau de ce grand ordre contemplatif. L’architecture des monastères de l’ordre des Chartreux s’organise pour permettre aux moines de respecter les vœux de silence, de solitude et de vie de prière. Ces particularités sont si caractéristiques qu’elles ont donné naissance à ce nom commun.

Une collection de 79 cartes monumentales

Le musée de l’Ancien Evêché à Grenoble expose depuis le 17 décembre 2022, 31 cartes restaurées représentant ces chartreuses à travers la France et l’Europe. Ces cartes font partie d’une collection de 79 peintures monumentales, appelées également « cartes de Chartreuse » classée au titre des Monuments historiques, représentant des monastères de l’ordre des Chartreux en Europe du XVIIe siècle au XIXe siècle. Ces cartes, parfois très dégradées, ont fait l’objet d’une restauration qui a duré vingt ans, grâce au soutien de l’Etat français, du Département de l’Isère et de nombreux mécènes. Cette exposition « Chartreuses – dans le silence et la solitude » s’inscrit en regard de l’exposition « Chartreuses d’Europe » proposée en 2002, au musée de l’Ancien Evêché, pour le lancement de ce long travail de rénovation.

L’objectif est de respecter la vocation de l’ordre des Chartreux

Au XVIIe siècle, l’ordre connaît une grande vitalité et de nouveaux monastères sont fondés, d’autres sont reconstruits en totalité ou en partie, agrandie, restauré ou transformés.  Dom Le Masson, supérieur de l’ordre, dont le portrait ouvre l’exposition, entend garder le contrôle de ce vaste mouvement de rénovation. Il vérifie que les constructions sont bien fidèles aux textes fondateurs. Sur l’une des cartes, l’œil aiguisé remarque les croix rouges, signes de la désapprobation de Dom Le Masson sur des projets architecturaux trop somptueux.

Une qualité artistique inégale
Certaines peintures sont d’un d’intérêt artistique exceptionnel, d’autres moins. Elles sont réalisées par des peintres locaux, inconnus parfois et pas toujours talentueux. D’autres sont des artistes bien repérés. L’objectif n’est pas artistique. Ces « cartes » renvoient à la figuration d’un bâtiment ou d’un paysage en vue cavalière, c’est-à-dire à vol d’oiseau et en vision plongeante. Elles ne sont pas toujours le reflet de la réalité. Il s’agit de rendre compte de la distribution des bâtiments, du respect du plan-type. De nombreux détails illustrent la vie des hommes et des femmes qui ont fait vœu de silence et de solitude absolue, leurs liens parfois avec le monde extérieur, leur travail. Ils apportent une touche émouvante dans ces grands ensembles.

La vie des moines s’organise autour de deux cloîtres

Chaque carte témoigne des choix d’implantation à l’écart des habitations afin de respecter le vœu du fondateur saint Bruno de « vivre au désert ». Les bâtiments se répartissent autour de deux cloîtres. Le grand cloître est le lieu de la vie érémitique. Il dessert les ermitages individuels des moines, sorte de petite maison agrémentée d’un jardin clos. Le petit cloître est lui au cœur de la vie communautaire. Il donne accès à l’église, à la salle du chapitre, à la bibliothèque et au réfectoire.

De nombreuses actions de médiation

L’équipe de médiation du musée de l’Ancien Evêché a construit un vaste programme autour de l’exposition : visite guidée, projection de film, sortie au monastère de la Grande Chartreuse, dégustation de grogs à l’élixir végétal de la Grande Chartreuse, découverte de la calligraphie ou de l’enluminure, concert, etc. Les enfants bénéficieront d’ateliers dédiés comme l’atelier « Un vitrail des vitraux » (dès 8 ans), « De la couleur à l’enluminure » (dès 7 ans) et « Chartreuses « Pop-up » (dès 6 ans) avec la plasticienne Laurence Matesa. Des ateliers « en famille » ont même été conçus avec « Au jardin », dès 3 ans, animé par l’association Brin d’Grelinette et « Apprentis herboristes », dès 6 ans, avec l’association L’écho sauvage. Toutes les dates dans l’agenda du journal Minizou.

Exposition présentée du 17 décembre 2022 au 3 septembre 2023 - https://musees.isere.fr/musee/musee-de-lancien-eveche

S'abonner à la newsletter de Minizou

TPL_BACKTOTOP