En famille
Excusez l’anglicisme ! Le terme français, folioscope, est moins connu. Un flip-book est un petit carnet, souvent agrafé d’un côté, qu’on effeuille avec l’autre main de façon rapide. Les images ou dessins qu’il contient donnent ainsi l’impression d’être animés.
Pour en fabriquer un, munis-toi de feuille de papier et de crayons. Coupe tes feuille en petit format, toutes de la même taille. Décide du nombre de pages de ton carnet. Fais un dessin simple, toujours au même endroit (en bas à droite par exemple) et fait évoluer tout doucement tes personnages.
Exemples de dessins qui fonctionnent bien :
Un oiseau les ailes en haut / un oiseau les ailes en bas.
Un visage qui sourit / un visage qui pleure.
Un footballeur devant la balle / un footballeur qui tape la balle.
Il y a des pas à pas sur internet qui explique comment procéder.
Sinon, il est possible d’utiliser un livre abandonné : on dessine bien sûr sur les coins de pages (là où il n’y a aucun caractère).
Le flipbook est né en 1860 et il a été inventé par un français nommé Pierre Hubert Desvignes. En 1868, un Britannique nommé John Barnes Linnett, dépose le brevet de cette invention, sous le nom de kinéographe.